Afrique | Système de veille des risques en Afrique de l’Est

L’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) a lancé le East Africa Hazards Watch, un système public régional de surveillance multirisque. Une équipe de programmeurs, de climatologues, de spécialistes de l’observation de la terre et des systèmes, ainsi que des experts en marketing, en pensée conceptuelle et des experts sectoriels, ont développé le système. Le système permettra de surveiller les sécheresses, le changement climatique, les parasites, les fortes pluies, les inondations ou les mauvaises récoltes.

Le système East Africa Hazards Watch permet de suivre les événements extrêmes tels que les sécheresses, les cyclones, les ravageurs (criquets pèlerins), les fortes pluies, les inondations ou les mauvaises récoltes. Ces événements augmentent en fréquence et en intensité en raison du changement climatique. Environ 90% des catastrophes en Afrique de l’Est sont dues à des risques météorologiques et climatiques, ce qui fait de la région l’une des plus vulnérables aux événements extrêmes. Compte tenu de la forte dépendance des systèmes économiques de la région à l’égard des ressources naturelles, les impacts des phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes ont des conséquences socio-économiques considérables. Il existe donc un besoin urgent de systèmes d’alerte précoce efficaces et d’informations exploitables pour la prise de décision. Le programme East Africa Hazards Watch comblera cette lacune.

Ce système régional public de veille multi-aléas vise également à fournir des informations prêtes à être utilisées pour la prise de décision. Ces informations soutiendront donc la coordination transnationale et l’action précoce à travers les frontières. En outre, des alertes automatisées par courriel et par téléphone mobile, ainsi que des avis basés sur l’intelligence artificielle, sont en cours de développement.

De même, le système permet de suivre le réchauffement des villes d’Afrique de l’Est. Les bandes climatiques permettent de visualiser le réchauffement des principales villes, qui se sont déjà réchauffées de plus de 2 degrés depuis l’époque préindustrielle. Les développeurs sont également en train d’intégrer des couches supplémentaires sur le changement climatique qui permettront aux citoyens de comprendre comment les températures et les précipitations ont évolué au cours du siècle dernier.

Les projections sur le criquet pèlerin de l’ICPAC permettent d’identifier les zones à risque de criquet pèlerin.

Les alertes agricoles utilisant des observations par satellite et des données au sol permettent d’identifier les zones à risque de mauvaises récoltes.

Le système permet de superposer les alertes et les avertissements avec des informations socio-économiques afin de comprendre la vulnérabilité de la population au risque. Les développeurs sont en train d’intégrer et d’ajouter à la plateforme des couches supplémentaires d’informations sur la vulnérabilité et l’exposition.

La plateforme est continuellement itérée en fonction des commentaires des utilisateurs. L’IGAD a développé le système en Afrique pour l’Afrique. En outre, le système s’appuie sur des plateformes Open Source pour assurer la durabilité et la personnalisation sans fin. Le système prend en charge l’intégration de plusieurs sources de données afin d’offrir aux utilisateurs une expérience transparente dans la recherche d’informations sur les risques pour la région.

Plus d’informations sur icpac.net

Print Friendly, PDF & Email
PARTAGER